le café des praticiens en hypnose
Bienvenue sur ce forum, merci de vous inscrire pour accéder aux discussions

mal de dos (pour personne qui a systématiquement mal lorsqu'elle part en vacances)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

mal de dos (pour personne qui a systématiquement mal lorsqu'elle part en vacances)

Message  cesarine le Dim 2 Aoû - 18:15

voilà ,ce que j'ai écrit, mais si vous avez des commentaires ou conseils, ils seront les bienvenus. Merci d'avance.


laisser son corps parler : tensions nerveuses, musculaires

Maxime travaillait depuis plusieurs années dans une entreprise de bâtiment.
Il gérait une équipe soudée qui travaillait sans relâche pour boucler les chantiers dans les temps impartis.

Bien souvent, survenais des événements inattendus qui retardaient l'avancement des travaux, et qu'il fallait régler au plus vite.
Le temps de réflexion était, souvent assez court, il fallait réagir vite, sans ménager l 'équipe pluridisciplinaire, qui intervenait dans ce chantier de construction.

Celle ci, était corvéable à merci, et ne rechignait jamais à la tache, même, si elle était souvent fatiguée, voir épuisée par les immenses efforts, qu'elle avait déjà fourni les jours d'avant, les mois, les années d'avant.

Mais, peu importe, elle continuait à se frayer un chemin dans le rythme toujours plus soutenu, que leur imposait Maxime.

Les conditions de travail devenaient vraiment difficiles, et les tensions commençaient à apparaître au sein de cette équipe.

Alors certains c'étaient mis en gréve, ralentissant le travail et le rendement des autres, et mettant finalement en difficulté, toute l'équipe qui prenait du retard.

Maxime, sollicita une nouvelle de plus ses ouvriers en leur demadant d'accélérer le rythme. Il leur imposa de mettre les bouchées double.
L'équipe redoubla donc d'efforts.

Mais au fur et à mesure des jours, ses salariés commencèrent à tomber malade.
Ils éprouvaient tous un grand sentiment de fatigue. Leur corps fragilisés par l'effort et les tensions, refusaient d'avancer. Ils se plaignaient de douleurs aiguës.
Ils n'arrivaient plus à supporter cette tension nerveuse, qui leur était imposée.

Au fur et à mesure des semaines, tous les corps de métier furent bientôt dans l'incapacité d'aller travailler.

Le médecin du travail, intriguait pas tous ces arrêts de travail, décida d'aller consulter les salariés, affaiblis par un état de fatigue, et de raz le bols généralisé.

Il se rendit compte que cette fatigue était venue se greffer à des blessures personnel, que chacun portait en lui.
Certains avaient peur de ne pas être à la hauteur de la tache exigée.
D'autres avaient des problèmes relationnels dans le domaine amoureux ou familial.
D'autres vivaient une séparation éprouvante.
D'autres étaient mentalement prédisposés à subir le climat général. Tel des éponges, ils absorbaient le mal être de l'équipe.

D'autres encore, avaient un mauvais rapport à l'autorité. La relation avec leur chef de chantier, leur rappelait la relation de soumission que leur père entrenait avec eux petits ou plus jeunes.

D'autres souffraient de burn out.

D'autres encore avaient du mal à supporter la cadence, le rythme effréné qui les empêchait de penser, de profiter de l'instant.

Chacun avait un problème à régler avec lui même.

Le médecin demanda à l'équipe de bien vouloir se rejoindre, pour faire une réunion qu'il appela : « Réunion d'amitié interactive ».

Tous les salariés, même, les plus mal en point, se retrouvèrent et acceptèrent, de parler entre eux de leurs maux, avec des mots à eux.
Chacun devait exprimer ce qu'il avait sur le cœur, librement, sans être jugé.

Tout le monde devait faire preuve de tolérance et d'objectivité, car l'objectif final était, bel et bien de guérir.

Tel un clan de vieux sioux, les ouvriers prirent le temps de s’asseoir autour d'un feu bienveillant et réconfortant, pour parler de leurs douleurs.
Chacun, pu, ainsi s'exprimer librement, dans un climat sympathique, dénué de toute violence, de toutes tensions.

Les langues se délièrent, et tous comprirent, qu'ils formaient une seule et même équipe, et que leur force commune leur permettait d'avancer, puisqu'ils étaient capable de se parler, de trouver des solutions ensemble, de se réconcilier et de faire la paix.

Suite à cette réunion, la moitié des hommes avaient déjà retrouvé la santé, et pouvaient reprendre le travail.
Pour les autres, le médecin leur demanda de se réunir une nouvelle fois.

Cette fois, chacun devait présenter son histoire, et les autres personnes présentent, devaient l'aider à résoudre son problème, en apportant des solutions, concrètent et réalisable par la personne en difficulté.

Cette dernière devait choisir, et accepter les solutions qui étaient les meilleurs pour elle.
Elle devait accepter de s'y engager, les respecter, tout en comprenant bien, que ces décisions étaient prises pour son bien être et sa guérison.

Chaque personne présente accepta de cet échange les conseils, et chacune d'entre elle, accepta de s'y tenir.

Tous remerciérent le médecin du travail qui avait veillé sur eux, et, qui avait réussi à les guérir, en rétablissant le dialogue, mais qui avait, aussi su, leur redonner confiance en eux.

Mais, le médecin du travail, soucieux du bien etre de ses patients, souhaita terminer son travail en convoquant Maxime, le chef de chantier, ainsi que tous les salariés.

Il se fit le porte parole de toute l'équipe, et dit à maxime :

« que chacun des salariés avait su faire des compromis, que chacun avait cherché la solution la plus adaptée à son rétablissement, et que chacun était prêt à reprendre le travail.

Mais que les conditions de travail devaient etre changées, améliorées.

Maxime devrait signer des contrats dans lesquels, il se garderait une marge de manœuvre par rapport au temps imparti pour réaliser les chantiers. Cette marge servirait à l'équipe, si elle en éprouvait le besoin. Le travail pourrait ainsi de faire en étant libéré de la contrainte horaire.

La qualité du travail, ainsi que les conditions de travail devaient rester la priorité, sur la cadence.

Que chacun avait le droit de s'exprimer s'il rencontrait un problème. Et tous devaient aider cette personne à trouver la solutions, qui serait la meilleure pour elle.

Que chaque salarié devait être respecté et traité avec égalité.

Que chacun avait le droit de se sentir valorisé, et que le choix des équipes devait être respecté par le chef, puisque tous travaillaient dans le même sens et pour le même objectif. »

Maxime accepta ces nouvelles conditions, ces nouvelles règles de vie, et s'excusa auprès de son équipe pour l'avoir malmenée.

Chacun reprit son poste, heureux d'avoir trouvé un accord, qui rendait la dignité à chacun, et qui permettait de trouver un équilibre au sein de l'équipe, ainsi qu'un rythme acceptable par tous.

Et si vous aussi, vous acceptiez de donner la parole à votre corps.
Si vous aussi, vous acceptiez de comprendre ce qu'il a vous dire.
Peut etre vous faudra t'il changer de rythme, ou d'organisation ou tout autre chose nécessaire à votre guérison .


Souvenir oublié
(pour personne qui a mal au dos lorsqu'elle arrive en vavances)

Il y a quelques années, j'ai rencontré le capitaine de football de l' équipe d'Afrique du Sud .
Tout en buvant un verre à la terrasse d'un café à Paris, il se mit à me raconter quelques petites anecdotes concernant l'organisation de son équipe lors des déplacements.

Il me dit que nous avions un beau pays et qu'il était heureux d’être ici et de profiter du charme de de cette ville.
Et puis, il ajouta, : «  pour nous c'est déjà une victoire sur nous même, d’être arrivé là, car nous avons du mal à concevoir que nous puissions quitter notre pays. En effet, nous pensons que l'océan nous protège en faisant obstacle à nos projets d'évasion ! »

Un peu surprise, je lui demandais de continuer son histoire, afin que je comprenne un peu mieux leur rapport au voyage.

Il me dit que l'organisation était lourde du fait du nombre de personnes à déplacer, que le changement, et les habitudes de vie était également difficile à vivre. (le décalage horaire, le changement de rythme, le climat, les habitudes alimentaires, le changement de literie, etc...)

Il m’expliqua que certains hommes avant de partir étaient pris d'angoisses, prenaient le temps de se recueillir pour demander pardon à leur terre mère de l'abandonner quelques jours, le temps d'un match.

D'autres, vivaient cet instant, comme une fatalité, et se disaient que s'il devaient mourir , que c'était leur destin. Ils embrassaient longuement leurs enfants et leurs femmes avant, comme un dernière au revoir, avant de monter dans l'avion.

D'autres avaient tout simplement peur de monter dans l'avion, et supportaient mal la poussés des réacteurs.

La plupart d'entre eux devenaient silencieux et se renfermés, gardant leurs émotions et leurs peurs, à l'intérieur d'eux même.

Avant et pendant le voyage, la tension était palpable, et cela mettait tous les joueurs dans un état de mal être profond, allant jusqu'à diminuer ou arrêter leurs performances.

Lors de plusieurs voyages, le capitaine retrouva ce comportement étrange, chez ses joueurs qui étaient plutôt vaillants, et qui n'hésitaient pas en temps ordinaire à décupler d'efforts lors des matchs.

Un joueur, était encore plus marqué, que les autres, car quand il descendait de l'avion, il avait de grandes difficultés à marcher et se plaignait de vives douleurs.
Il fut ausculté par des médecin du sport, et autres, tous très reconnus, vu par des kinés, on lui fit toute une série de radios.

Mais rien à faire. Les médecins étaient bien en peine d'expliquer l'origine de son mal, d'autant plus que tous ses symptômes disparaissaient lorsqu'il rentrait chez lui.

Ce comportement l'intrigua, et il comprit alors que le problème de son joueur était ailleurs. Il comprit que cet homme portait un secret. Il alla le voir pour essayer de parler, avec lui, et comprendre, le mal qui l'habitait.

Au début celui ci lui dit qu'il avait les mêmes croyances que les autres joueurs avec qui il partageait la même culture . Et que peut être les siennes étaient plus fortes.

Le capitaine lui demanda de lui parler de lui, de son enfance, de sa vie d'adulte.
Ils discutèrent pendant plusieurs heures, sans réellement trouver l'origine du mal.

Et puis, le lendemain matin, le joueur revint voir le capitaine et lui raconta un rêve qu'il avait fait dans la nuit ;
Il se voyait partir en vacances chez ses grands parents, avec ses parents. Il fallait y aller à pied et à flanc de montagne.
Sur ce chemin escarpé, il se voyait déraper, et s’agripper à des cailloux sur le bord du chemin, mais il sentait le poids de son corps l'attirait vers le précipice.
Il entendait sa mère crier, et il voyait son père lui tendre les bras, mais ses petites mains restaient crispaient sur ces cailloux qui restaient le seul lien avec la vie.

Son père, d'un bras vigoureux fini par le rattraper et le remonter sur le bord du sentier. L'enfant pleuré à chaudes larmes comprenant que son père l'avait sauvé d'un destin tragique.

Jusqu'à cette nuit, il avait oublié cet accident. Le capitaine lui demanda d'aller voir un guérisseur qui avait le pouvoir d'effacer tous les séquelles liés à des accidents, traumatismes, attouchements, souvenirs oubliés etc...

Le joueur fit la démarche, et lorsqu'il fut en face de cet homme, quelque chose de magique se produisit. En sortant, il se sentit soulagé, l'engourdissement de son corps et les tensions avaient disparu, il se sentait maintenant disponible, en pleine forme, libéré de toutes les tensions. Il marchait facilement.


Le guérisseur, lui dit qu'il pourrait à présent faire le tour du monde.
Ses douleurs disparaîtront à jamais et qu'il pourrait aborder chaque match au meilleur de sa forme .

Et si vous aussi, vous alliez à la rencontre de vous même, pour guérir de vos maux.
Et si vous aussi vous acceptiez que la rencontre avec le guérisseur soit un moment magique qui vous libère de tout ce qui vous pèse.


Imaginez vous d'ici quelques jours libéré de toutes vos tensions, libéré et guéri. Jouissant de votre liberté de mouvement.
Imaginez vous réconcilié avec votre corps, ayant accepter le dialogue avec celui ci, et libéré des souvenirs qui pesaient sur vous.

cesarine

Messages : 65
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 46
Localisation : st sauveur le vicomte

Voir le profil de l'utilisateur http://site : http : cesarine50.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum