le café des praticiens en hypnose
Bienvenue sur ce forum, merci de vous inscrire pour accéder aux discussions

histoires courtes

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

histoires courtes

Message  dany5075 le Mar 28 Mai - 15:27

Empilage


La journée s'était mal terminée. Il s’endormit en pensant que la vie est un combat. Fors heureusement la nuit était venu l'éclairer. Intéressante option que ces nuits noires qui viennent faire la lumière avec des rêves magnifiques. De plus en plus familier du phénomène, il vit fuser devant lui, une multitude de solutions. Les évènements qui avant le glaçaient, le paralysaient voir le handicapaient, étaient maintenant l'opportunité de faire appel à sa créativité. Il chercha consciemment les trois ressources qui seraient pour lui les plus pertinentes à mettre en place. Il avait besoin de CALME, de JOIE et de SÉRÉNITÉ. Regardant tranquillement son pouce et en fermant les yeux quelques instant, il se rappela d'un paysage qui l'avait vraiment plongé dans un calme jamais atteint auparavant. Parti sur sa lancée, aidé très certainement de son inconscient, son index sembla lui montrer tous ses moments de joie passés en famille. Enfin, le troisième doigt, le majeur l'emmena vers un espace nouveau qui au-delà du calme pouvait selon lui porter le nom de sérénité. Il l'accueilli en lui avec bienveillance. Curieusement, en rassemblant ces trois doigts ensemble, il s’aperçut et ressenti à l'intérieur de lui, comme une nouvelle posture qui s'installait, comme si ce qui s’empilait tomber pile au bon moment, confortablement. Il se sentit un type nouveau et il savait désormais comment se débrouiller en société...



Positions de perception

Je ne sais pas si vous connaissez cette curieuse sensation d'être à coté de ses pompes ? Une sensation dans laquelle on se sent en décalage. La dernière fois que j'ai ressenti cette sensation, j'en ai profité pour faire une expérience. Puisque je n'étais plus vraiment moi-même, je me suis dis que je pouvais faire l'expérience d'être quelqu'un d'autre. Et comme j'avais une piètre image de moi-même, je me suis demandé si quelqu'un avait ou pouvait avoir une bonne image de moi. Figurez-vous alors que l'espace d'un instant, je me suis faufilé dans la peau de gens qui m'admiraient sans me l'avouer. Je me suis réellement vu à travers leurs yeux et franchement j'ai été épaté. J'avais vraiment une autre version de moi. Poussant même l'expérience plus loin, je me voyait totalement à l'extérieur de la scène voyant deux personnes interagir, moi et l'autre personne. La communication semblait être fluide et l'énergie positive circulait bien. C'est alors que je m'envolais, tel un aigle royal ou loyal, pour regarder toutes ses scènes depuis une certaine hauteur. Je me vis ange regardant ma vie sur terre ou mes interactions avec mes semblables avec tous ses points positifs et tous ces autres à améliorer. C'est comme si une autre partie de moi enregistrait là où j'avais besoin de m'améliorer. Le plus amusant c'est que la nuit cela continuait à s'activer donc je continuais à m'améliorer, à évoluer. Au lieu de me sentir hors de mes pompes, maintenant, je me sentais de plus en plus incarné, existant, ici et maintenant, bien dans ses baskets...


La ligne détend...


C'était un joli coq, on l'appelait le coq Licot. Il avait longtemps était punk avec les poules de son village. C'était le coq Licot de ses dames...Ces dernier temps, il ne savait pourquoi, il se sentait de plus en plus contracté, énerve, tendu. Alors qu'il s'en allé réfléchir près d'un petit torrent, une idée lui vint à l'esprit. Il remonta le temps, tel le fleuve qui remonterait vers sa source. Il se revit poussin, tout frais éclos. Il revit des moments important de sa vie, des moments où il se cuirassait pour faire face aux difficultés. Il revisita surtout une scène où il voyait d'autres jeunes coqs comme lui qui voulaient lui voler dans les plumes. Et il repensa que, à la place du mot cuirasse, le mot s'aguerrir rimait avec se guérir et c'est alors qu'un gai rire s'empara de lui et lui fit pousser un Cocorico de joie, alors même qu'il reprenait conscience de l'instant présent et de l'endroit où il se trouvait. Il se sentait déplissé, défroissé comme si cet heureux passage lui avait permis de renaître plus serein...

Appel au score


C'était un petit lutin qui s'appelait Lutiver. Il était chargé avec tous ses copains d'habiller les saisons de décorer dame nature. Il était bien content mais il avait comme une sorte de nos-talgie au creux du ventre qui faisait qu'il avait besoin pour aller mieux de prendre une mixture d'herbes sauvages, une mixture interdite. Et cela le rendait malade. Il alla consulter le Mar-Hibou du village, qui lui posa des questions.
-Que se passe-t-il ?
-Eh bien voilà, je n'est plus le cœur à l'ouvrage, j'ai besoin de la liqueur verte interdite pour me sentir mieux.
-A ton avis, quelle est la cause de ce problème ?
-En fait cela fait six mois que j'en prends, avant je travaillais dans un autre secteur auprès des arbres enchanteurs. Maintenant, je travaille avec des fleurs très belles mais qui ne pensent qu'à elles, aussi j'ai perdu pied.
-Donc, maintenant quel est ton objectif ?
-Je veux me sentir mieux et me passer de ce poison.
-A ton avis de quoi as-tu besoin pour cela ? Que vois tu comme solution ? Comment cela se passait-il pour toi, quand tout allait bien ?
-Avec les arbres enchanteurs, tout allait bien. Je ne voyais pas le temps passer. Je respirais les douces senteurs de la nature et j'étais charmé par le chants des oiseaux.
-Si tu te reconnecte à ces moments, à ces douces senteurs ainsi qu'aux chants des oiseaux, peut-être même peux tu déjà imaginer comme une couleur, quelque chose qui peut symboliser cet instant et ressentir à quel endroit dans ton corps cela est le plus fort...
-Oui, je peux imaginer comme un oiseau bleu dans mon ventre. C'est comme une douce sensation de chaleur qui grandit...
-Oui, laisse toi ressentir cet effet que tu désires mettre en place et ainsi te libérer de la liqueur verte. Imagine et ressent ton symbole dans ta nouvelle situation parmi les fleurs...
-Oh, oui... Je ressens maintenant que ça gagne tout mon corps...Je me sens bien et serein.
Et c'est ainsi que Lutiver tout guilleret reprit son chemin après avoir remercié le Mar-Hibou.
Le lendemain, quelque chose avait changé...Les fleurs qui ne pensent qu'à elles, offrirent TOUTES leurs meilleurs sourires à Lutiver...et Lutiver était heureux.

dany5075

Messages : 16
Date d'inscription : 28/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum