le café des praticiens en hypnose
Bienvenue sur ce forum, merci de vous inscrire pour accéder aux discussions

Une idée pour la transition, s'il vous plaît (allergies)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une idée pour la transition, s'il vous plaît (allergies)

Message  Èva-Muguet le Jeu 16 Mar - 16:21

Bonjour à toutes et à tous,

Je viens d'écrire cette métaphore pour une cousine qui a été adoptée; c'est la grande blessure de sa vie.

Elle est allergique à presque tout. Elle a retrouvé sa mère biologique, mais après l'avoir rencontrée une seule fois, cette dernière lui a clairement signifié qu'il était absolument hors de question de garder le contact, qu'elle voulait protéger sa vie (la comète qui repasse une toute petite fois, mais trop loin, beaucoup trop loin, fait allusion à cela).

J'aurais une faveur à vous demander : je ne suis pas vraiment satisfaite de la transition que j'ai écrite, mais apparemment, je manque d'inspiration. Alors, si quelqu'un a des suggestions ou une idée, ce serait bienvenu, de même que tout autre commentaire.

Merci de me lire et bonne journée.

Métaphore «Poussières d'étoile» :

Il y a de cela des milliers d’années, une comète passa tout près de la Terre ; elle sillonnait l’espace, yeux mi-clos, savourant sa liberté, grisée par sa propre vitesse, sa chevelure scintillante de lumière éternelle ondulant derrière elle. Étincelle sublime venant des confins improbables de l’Univers, déesse magnifique.

Soudain, et ce n’est qu’au dernier moment qu’elle le vit, un astéroïde monstrueux venait droit sur elle. Elle eut tout juste le temps de faire un bond de côté pour l’éviter, mais ce brusque saut hors de sa trajectoire secoua si fort sa chevelure de feu que des milliers d’étincelles furent violemment projetées sur la Terre… où elles tombèrent dans la nuit d'un printemps…

Les pauvres étincelles, ébranlées par ce mauvais coup du sort, cherchèrent bien naturellement à se protéger du mieux qu’elles le pouvaient… Plusieurs eurent de la chance : de gentilles mouches qui se trouvaient là au même moment les recueillirent dans leur abdomen. Les étincelles croyaient que cette situation serait temporaire, que leur comète repasserait et qu’elles pourraient alors reprendre leur place dans sa chevelure mais, jusqu’à ce jour, cette comète n’est jamais repassée aux alentours de la Terre... ou plutôt une fois, une toute petite fois, mais loin, beaucoup trop loin.

Cependant, cette situation révolta franchement l’une des étincelles. Elle jugeait intolérable pour elle qui avait sillonné l’espace, qui était fille des étoiles et enfant du ciel, d’être devenue une vulgaire mouche… une mouche avec tout plein de besoins et de désirs qu'elle jugeait honteux alors que, jusqu’au jour fatidique de la chute sur cette planète, elle n’avait eu qu’à exister, à être… Elle faisait maintenant la dure expérience de la survie dans un corps grossier et laid. Ah… elle était tombée bien bas… oubliée, délaissée.

Elle prit en grippe tout ce qui faisait cette vie de bestiole qu’elle était contrainte de mener. Tout y passait : de tous les animaux de la forêt, aucun ne trouvait grâce à ses yeux, particulièrement les loutres avec leur écœurante odeur de poisson… elle détestait aussi l’herbe des champs, la poussière des chemins, les feuilles naissantes des arbres au printemps, et jusqu’au soleil lui-même, générateur de toute cette vie. Elle vivait beaucoup de colère par rapport à sa condition, une colère qui, au fond, était de la tristesse, car je sais moi, et peut-être le sais-tu toi aussi, que la colère est de la tristesse incapable de s’exprimer autrement.

Heureusement qu’une nuit, alors qu’elle était installée à l’écart dans le trou d’un rocher, à ressasser son désespoir, le visage entre ses mains, elle sentit comme une présence à ses côtés. Elle redressa la tête et vit une minuscule personne toute lumineuse qui lui tendait un magnifique mouchoir en dentelle de toile d’araignée pour s’essuyer le nez.

Elles parlèrent jusqu’au petit matin. La fée, car c’en était une, lui expliqua combien les mouches de son espèce sont aimées, combien elles font rêver grands et petits en scintillant dans la nuit, combien elles sont précieuses, car dans leur sillage, elles répandent le rêve et le merveilleux. Même les plus adultes d’entre les adultes se reprennent à croire aux fées en les voyant, et cela réveille leur cœur d’enfant et leur redonne le goût d’aimer…

Et c’est ainsi que notre petite mouche à feu comprit combien sa seule présence dans cette vie et dans ce corps, combien sa seule existence pouvait faire la différence. La colère la quitta, entraînant la tristesse avec elle, mais le plus surprenant c’est qu’en se voyant différemment, elle commença à s’aimer vraiment.

Et quand on s’aime vraiment, on aime tout naturellement la vie et tout ce qui fait la vie. Alors, il y a fort à parier que cette petite mouche à feu a reconsidéré son aversion pour son corps de bestiole, pour sa propre vie et aussi pour toute vie autour d’elle. Mais avant de mettre fin à cette histoire, laisse-moi te dire combien toi aussi, tu es une personne spéciale, une personne qui a un rôle et une place absolument uniques dans le monde. Alors, scintille ta vie de tous ses feux, pour toi tout d’abord, pour être heureuse, mais aussi pour toutes les personnes qui ont la chance de se trouver sur ton chemin.

avatar
Èva-Muguet

Messages : 24
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 63
Localisation : Boucherville, Québec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum