le café des praticiens en hypnose
Bienvenue sur ce forum, merci de vous inscrire pour accéder aux discussions

métaphore pour arrêter de tout vouloir controler/lacher prise

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

métaphore pour arrêter de tout vouloir controler/lacher prise

Message  FranckB le Mar 23 Aoû - 15:16

Bon, ok, ce n'est pas très subtile, mais je pense que ça peut être utile...

Il me vient en tête une légende que m’a raconté un ami, un jour que nous marchions au bord d’une jolie rivière qui coulait paisiblement dans une très vieille forêt, un matin de printemps, à l’aube.
Cette légende racontait l’histoire d’Eliade, une fée des eaux qui passait son temps à prendre grand soin de son petit coin de rivière. Eliade était très organisée, peut être trop aux dire des autres habitants de ce lieu dans lequel la magie opérait à chaque instant.
Dès qu’un oiseau se posait sur la berge, elle se dépêchait d’aller ramasser une plume qui éventuellement pouvait tomber du volatile. Lorsqu’une grenouille sautait dans l’eau, elle volait aussitôt pour voir si cette dernière n’avait pas besoin d’aide. Elle allait même jusqu’à remettre les feuilles des arbres à leur place après un coup de vent. Elle aimait que tout soit absolument parfait et conforme à l’image qu’elle avait de cet endroit merveilleux le jour ou elle s’y était posé pour la première fois. Elle se sentait tellement bien qu’elle ne voulait surtout pas que quoi que ce soit vienne troubler sa quiétude. Elle volait des heures et des heures chaque jour afin de conserver intacte son environnement. Chaque soir, l’épuisement était tel qu’elle devait vite regagner le logis qu’elle s’était aménagée au creux de ce vieux saule pleureur dont les branches caressaient l’eau. Sa vie était rythmée par ce travail qu’elle s’imposait chaque jour, inlassablement.
Plusieurs de ses amies, elles aussi fées des eaux, venaient lui rendre visite parfois et lui proposaient leur aide mais Eliade refusait systématiquement. Personne d’autre qu’elle n’était capable de conserver ce lieu comme elle, personne ne savait dans quel sens l’herbe devait se coucher quand le vent venait du sud ni à quelle position remettre une fleur qui aurait été piétinée. Bref, elle se sentait investie d’une mission qui l’obligeait à tout gérer. C’était bien dommage parce qu’elle s’empêchait de vivre une certaine insouciance comme les autres fées, elle préférait passer son temps à organiser, à gérer et à nettoyer plutôt que de jouer à cache cache avec les libellules, plutôt que faire la course avec les abeilles ou encore sauter sur le dos d’un poisson. Ses amies trouvaient ça triste pour elle, mais Eliade ne voulait rien entendre. Qui prendrait soin de ce coin de paradis ? Les autres en étaient incapable pensait-elle.
Un jour, alors qu’Eliade était partie vérifier que tout était bien en ordre, elle fut surprise par une violente rafale de vent qui la précipita contre un tronc d’arbre. Elle s’abîma une aile et réussi péniblement à gagner un trou dans un arbre pour se mettre à l’abri. Alors qu’elle essayait de se soigner, elle entendait un orage qui grondait à l’extérieur, l’orage se transforma en tempête qui dévasta une grande partie des berges, déracina quantité d’arbres, arracha tout sur son passage. Le bruit était infernal et Eliade tremblait de peur, pourvu que ce vieil arbre tienne le coup se disait-elle. Lorsque le calme revint, elle jeta un bref regard à l’extérieur pour contempler avec effroi le spectacle de désolation qui s’offrait à elle, comme elle était clouée au sol elle se recroquevilla au fond de son trou …
Elle s’effondra et se dit que plus jamais elle retrouverait le lieu magique comme elle l’avait connu. Elle resta ainsi prostrée pendant des jours, des semaines même. Son aile était réparée depuis longtemps mais elle ne voulait toujours pas sortir. Si sa blessure extérieure était guérie, celle à l’intérieure était à vif.
Et puis, un matin, elle entendit de drôles de petits coups frappés sur l’écorce. Elle se leva et se trouva nez à nez, non, plutôt nez à bec avec un pic vert. Après lui avoir demandé de la laisser tranquille, elle regarda la rivière, les berges, les arbres et le spectacle qu’elle vit lui fit monter une très forte émotion, en effet pendant les quelques semaines qui ont suivi la tempête, tous les habitants se sont mis à la tâche pour nettoyer, déblayer, aménager, replanter et prendre soin de la nature meurtrie. La magie avait à nouveau opérée, les fleurs étaient ouvertes, les abeilles étaient revenues, les grenouilles avaient repris leur jeux, les poissons sautaient hors de l’eau pour saluer le travail effectué. Eliade approcha et toutes ses amies qui étaient venues pour prêter main forte furent soulagées de la voir en vie et fêtèrent son retour, elles qui l’avaient cherché pendant des semaines. Après de brèves explications sur sa disparition, Eliade dit à tous les habitants qui s’étaient réunis autour d’elle : « Merci à tous pour ce que vous avez réalisé ici, mais avant tout, je tiens à vous remercier pour la leçon que vous m’avez donné, je pensais être importante à vos yeux parce que je préservais intact votre habitat et je pensais également être la seule à pouvoir le faire, vous m’avez prouvé le contraire, désormais, c’est ensemble que nous prendrons soin de la nature et que nous la laisserons faire ce qu’elle souhaite, je vous promets de ne plus jamais la contrarier comme je le faisais. Elle est tellement plus jolie aujourd’hui qu’avant, j’ai compris qu’il faut désormais que je vous laisse faire, que vous êtes aussi capable que moi de gérer, de nettoyer d’organiser bref, j’ai compris que je devais laisser faire les choses, que tout arrive au bon moment, que tout ce qui doit arriver….arrive et je tiens à vous remercier de m’avoir ouvert les yeux ».
La légende raconte qu’une grande fête fut donnée en l’honneur de l’esprit de la nature et que pour une fois, Eliade y participa sans aucune arrière pensée, elle s’amusa, dansa avec une libellule, sauta de poissons en poissons pour traverser la rivière et se rendit compte que finalement, c’était ça le vrai bonheur…
Franck Bluteau
avatar
FranckB

Messages : 270
Date d'inscription : 04/03/2016
Age : 43
Localisation : Saumur (49)

Voir le profil de l'utilisateur http://franckbluteau-hypnose.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: métaphore pour arrêter de tout vouloir controler/lacher prise

Message  laurence09 le Mar 23 Aoû - 23:38

très joie
merci
laurence
avatar
laurence09

Messages : 492
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 44
Localisation : ariege

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: métaphore pour arrêter de tout vouloir controler/lacher prise

Message  camille griselin le Mer 24 Aoû - 3:39

Merci pour ton partage
avatar
camille griselin
Admin

Messages : 991
Date d'inscription : 28/12/2011
Age : 39
Localisation : cholet

Voir le profil de l'utilisateur http://hypnotherapie.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: métaphore pour arrêter de tout vouloir controler/lacher prise

Message  Anne-Cécile le Mer 24 Aoû - 9:23

Merci Franck! En effet elle peut être utile à beaucoup de personnes, en fin de séance elle aura son effet!
avatar
Anne-Cécile

Messages : 302
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 43
Localisation : Le Loroux Bottereau 44

Voir le profil de l'utilisateur http://www.formation-hypnose-sajece-distance-44.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: métaphore pour arrêter de tout vouloir controler/lacher prise

Message  FranckB le Jeu 25 Aoû - 15:37

merci Very Happy
Je l'ai utilisé 2 fois hier, en cas de retour, je vous transmettrais
Belle journée
Franck
avatar
FranckB

Messages : 270
Date d'inscription : 04/03/2016
Age : 43
Localisation : Saumur (49)

Voir le profil de l'utilisateur http://franckbluteau-hypnose.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: métaphore pour arrêter de tout vouloir controler/lacher prise

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum