le café des praticiens en hypnose
Bienvenue sur ce forum, merci de vous inscrire pour accéder aux discussions

Viol paternel sur fille de 5 ans

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Viol paternel sur fille de 5 ans

Message  Alain forty-niner le Ven 5 Aoû - 0:16

Comme Milton ... j'ai mis l'temps(3 heures), mais j'ai proposé à une cliente très patiente, qui venait aussi pour un deuil marital "non fait" depuis 5 ans, une métaphore de France pour viol paternel subi à 5 ans.

"Oh ! combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,
Dans ce morne horizon se sont évanouis !" … (Hugo V. en hommage à … Laurent)

A l’époque j’étais responsable du développement touristique d’une station balnéaire de la côte atlantique. A ce titre j’assurais la promotion et l’animation de la station qui abritait, entre autres, un centre nautique. La voile est une des vocations de cette commune. Cherchant un moyen de faire connaitre le site et d’attirer plus de clientèle, je décidais, contre l’avis de mes employeurs et des élus municipaux de sponsoriser le bateau d’Yvan. Yvan était le frère de Laurent (Vainqueur de la Solitaire du Figaro en 1988 sous les couleurs de la station) : il n’était pas très connu si ce n’est comme étant le frère de …
Je disais « était » le frère car malheureusement Laurent s’est noyé accidentellement, le 24 juin 2015, en Polynésie française, en faisant de la plongée, endeuillant le monde de la voile et bien plus encore…

J’avais accompagné Yvan avec … les élus … de ma commune, maire en tête, pour assister au départ de la Mini-transat, et rapporter une vidéo immortalisant ce moment.
Cette journée du 10 septembre 1995 ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices. Le temps était maussade, l’océan agité, le baromètre n’augurait rien de bon.
Nous grimpâmes dans un des bateaux accompagnateurs secoués par le clapot incessant des vagues, compagnon circonstanciel d’un vent chargé d’humidité. En naviguant près du bateau d’Yvan non loin de la ligne de départ, on prenait conscience de la nervosité ambiante. Je protégeais comme je pouvais mon camescope des embruns qui semblaient faire écho au crachin intermittent de cette froide matinée de septembre.

Soudain on aperçut au loin un bateau qui rentrait au port à vive allure, alors que la rade de Brest était remplie de navires de toutes tailles, accompagnant les bateaux de 6m50 qui allaient se disputer la victoire, à Fort de France, après une étape à Madère. Ce bateau, fendant les flots sans prêter aucune attention aux embarcations qui constellaient la rade, c’était … l’Abeille Flandres, puissant remorqueur bien connu et apprécié, pour ne pas dire … adulé par les gens de mer, … qui avait secouru tellement de bateaux en détresse. Le commandant et les matelots connaissaient les dangers de l’océan et ne semblaient guère apprécier ce genre de manifestation. Ce fut très impressionnant : tous les esquifs s’écartèrent promptement de la route de … l’abeille qui ne modifia … ni sa route … ni sa vitesse.
Ce furent quelques minutes d’émotion teintée d’admiration. Les skippers, eux, continuaient de s’affairer pour être fin prêt au départ … imminent. Nous étions en rade … confusionnelle : personne ne devait franchir la ligne fictive, sous peine de devoir revenir sur ses pas, perdant ainsi un temps précieux. La frénésie colorée de ces voiles s’entrecroisant dans une anarchie qui, en d’autres circonstances aurait été joyeuse, contrastait avec le ciel plombé qui menaçait l’épreuve.

Et ce qu’on pressentait confusément … arriva : le bateau d’un des concurrents vint éperonner, par le travers, notre porte-drapeau, barré par Yvan, qui … entra dans une rage folle. Le rostre acéré autant qu’inattendu du bateau agresseur pénétra la fine coque récemment construite : aucune protection n’était évidemment prévue … à cet endroit. Les amis et parents embarqués, qui assistèrent à l’insidieux incident, dont la gravité nous échappait, crièrent à Yvan de se calmer … « ce n’est pas si grave » osèrent-ils !!! … Après les premiers instants de doute et de colère, on put constater que le trou dans la coque était situé … au-dessus de la ligne de flottaison.
Cette blessure reçue dans les prémices de la course, compromettait les chances de victoire et peut-être même les promesses d’atteindre ce rêve … de vie ultramarine.

Le départ fut enfin donné : Yvan, qui s’était calmé, évaluait les dégâts, tout en évitant un éventuel sur-accident. Il colmata la brèche avec les moyens du bord, effaçant l’affront fait à son vaisseau.

Je pensais que notre aventure risquait de tourner court !
A l’époque nous n’avions pas les moyens actuels pour suivre l’épreuve et les media s’intéressaient peu à cette course.

Quelle ne fut pas notre surprise et notre … joie d’apprendre qu’Yvan était arrivé … 1er à Madère, seule étape de l’épreuve … avec 5 heures d’avance sur le 2ème. Il semblait avoir fait … le trou avec ses poursuivants. Mais nous sommes vite redescendus sur terre : l’écart, pour les spécialistes, était minime et tout restait à faire pour la victoire finale à Fort de France.

Cependant notre espoir teinté d’un optimisme que rien ne laissait présager après le départ calamiteux de Brest, fut enfin récompensé ; et c’est … en vainqueur qu’Yvan franchit la ligne d’arrivée … aux Antilles … 27 jours et 7 heures après avoir quitté la Bretagne.

Ce fut, pour tous les habitants de notre station balnéaire, une immense joie et, pour les élus, une incommensurable fierté qu’ils … mirent en scène dans une grande réception à l’Hôtel de Ville, où accoururent … mes employeurs … fiers … eux-aussi, de leur … contribution à la victoire finale … grâce à l’aide financière que … j’avais, lèse-majesté oblige, …consentie, … mais … ceci est une autre histoire ! Je fus, volontairement, le seul … absent de la fête : le soulagement muet de l’objectif atteint suffit à mon bon heur.

Les blessures …qui nous ont été infligées….. qui … vous … ont été infligées … nous ont permis de grandir et de devenir ce que nous sommes. Ses agressions et sé-vices appartiennent à l’agresseur : nous les lui rendons et remercions la vie de nous avoir réservé le meilleur, en nous permettant de devenir plus fort, pour nous et notre entourage. Et quels que soient les freins, les embûches, les accidents qui vont nous empêcher, temporairement, d’aller là où nous voulons aller, faisons comme les habitants de Fort-de-France "Foyalais" !

Alain forty-niner

Messages : 24
Date d'inscription : 26/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum