le café des praticiens en hypnose
Bienvenue sur ce forum, merci de vous inscrire pour accéder aux discussions

arrêter de courir + se libérer du poids ancestral

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

arrêter de courir + se libérer du poids ancestral

Message  Lolita Girard le Ven 17 Juin - 19:37

Le Relais Familial (arrêter de courir et rendre valises aux parents)

C'est une histoire lointaine, qui se passe dans un temps lointain, probablement dans une dimension éloignée, dans un pays fort loin du reste du monde.
Il y avait là une vallée isolée qui avait une drôle de coutume. Un relaie familial. Une coutume si lointaine que personne ne peut dire avec quelle génération elle avait commencé ni même si quelqu'un avait un jour franchi la ligne d'arrivée ou même savait ou elle se trouvait.
Ce relaie était particulier. L'enfant quittait ses parents (qui eux même avaient bien couru toute leur vie) lorsqu'il était en âge de prendre le relaie, d'ou le nom de la course. Pendant leur course, les parents accumulaient des pierres dans un sac à dos tel des souvenirs. À  chaque événement marquant, négatif ou positif, un des parents ou les deux l'inscrivait sur une pierre de taille de leur choix et le plaçait dans le sac. Puis ils reprenaient leur course. C'est ainsi dans ce lointain qu'on récoltait la mémoire ancestral. Lorsque l'enfant prenait le relaie, les parents après un tri et une mise en commun,transmettaient leurs souvenirs dans un sac, et finissaient le relaie de leur côté.
C'est ainsi qu' Athann démarra son relaie a 19 ans. Il était très heureux. Ça faisait 19 ans qu'on lui en parlait, « tu verras quand tu seras grand... ». il avait été impatient toute sa vie de pouvoir courir sur le chemin de sa propre vie. Dans l'euphorie il parti en sprint, ce qui lui valu une ou deux entorse. Il trébucha a certain moment, s'écorcha, se releva. Petit à petit il trouva le rythme qui lui convenait et lui évitait les maux de dos du au gros sac, qu'il avait plus l'impression de trimballer qu'autre chose.
Au fil des ans, Athann commença a se sentir seul sur sa route. Sa foulée était devenue paresseuse.
Une journée de pluie il croisa le chemin d'une jolie jeune femme, qui le voyant courir sous la pluie l'invita a continuer sa course sous un coin de son parapluie. Ils firent connaissance et très rapidement ils décidèrent de finirent la course ensemble. Mais les conversations s'épuisèrent rapidement. Les paysages n'étaient qu' effleurés du regard, les rencontres éphémère et la seule ambition était d'arrivée.... c'est comme ça qu'on leur avait appris a vivre. Peu de place aux détails, au temps. Laissant place à l'ennui ils décidèrent d'avoir un enfant. C'est donc en pleine course que Jeannot naissait. Chacun son tour le portait en courant. Pauvre bébé secoué. Pour sa naissance son père avait choisit un tout petit cailloux pour marquer l'événement car malgré son immense joie, son dos était bien trop fragile et douloureux pour supporter plus de poids.
C'est à partir de là qu'Athann commença à remettre sa vie en question. Son but était il le sien ? Ou lui avait on soufflé étant jeune ? Était ce cela qu'il voulait pour son fils ? Et pourquoi ce gros sac sur le dos, rempli de pierres et de cailloux représentant les joies et les peines de ses anciens, appartenant à d'autre que lui, qu'il devait malgré tout porter ? Pourquoi porter des souffrances d'autres en plus des siennes ? Non tout cela était injuste !
Et bien d'autres réflexions lui passaient par la tête. Il se remémorait sa vie, et se disait qu'il avait tout fait en courant sans pouvoir en profiter, courir sans jamais s'arrêter. S'épuiser à vivre comme on lui avait dit de faire. Ah ça il avait des mollets en béton et un corps d'athlète mais le cœur essoufflé et l'âme éreinté.
Nous vivons notre vie comme une course alors qu'en réalité la ligne d'arrivée est sûrement notre fin. Rien ne sert de courir vers notre perte, mieux vaut marcher tranquillement dans notre vie.
Il se stoppa net ! Il enleva la hotte pleine de cailloux de son dos. Un immense sourire s'afficha accompagné d'un sentiment de soulagement physique.
La dans cette pause, la chaleur de ses muscles du a la course s'intensifia, devint même douloureuse. C'était la première fois qu'il ressentait son corps aussi intensément. Et malgré la douleur il apprécia ce moment car c'était son corps qui s'exprimait et pour la 1 ère fois il était en train de l'écouter.

Il laissa le sac de pierre que ses parents lui avaient transmis derrière lui sans se retourner dessus, c'est comme si il leur disait: « papa, maman, je vous rend vos peines et vos joie. J'ai assez des miennes ! » Il se contenta de garder ses propres souvenirs de sa vie, sa rencontre avec sa femme et la naissance de son fils. Et ensemble il partirent sur un nouveau chemin qu'il avaient choisit. Il laissèrent de côté l'ambition de la ligne d'arrivée, et prirent le temps de vivre.


Lolita
avatar
Lolita Girard

Messages : 40
Date d'inscription : 20/01/2016
Age : 29
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum